:: le munshin ; 문申 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

fire meets gasoline (mia)

avatar
chain my wrist ⤩ to a s i n k i n g ship
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t447-shin-jaebum-apoplexie-sentimentalehttp://youngbusan.forumactif.com/t530-shin-jaebum-etherealhttp://youngbusan.forumactif.com/t641-shin-jaebum-godjhttp://youngbusan.forumactif.com/t642-shin-jaebum
⊱ Date d'inscription :
20/03/2018
⊱ Messages :
755
⊱ Pseudo :
hyangsu.
⊱ Avatar + © :
hong dabin x ((pastel breathing))
⊱ DC :
((n o a))
⊱ Âge :
vingt-cinq années passées un shot de soju dans la paume et le cerveau embaumé d'un voile de nicotine.
Mar 10 Avr - 15:55


We would say anything just to hear what we want. right or wrong. then we lie to be forgiven. we would sell anything just to buy who we're not. any cost. we kill our way to heaven -

quelques doux rayons de soleil traversent la fenêtre de son studio et viennent s'écraser sur son épiderme. des millions de kilomètres parcourus par des photons pour venir dépérir sur son avant-bras. son esprit erre, s'égare, se perd dans un néant de banalité alors qu'il applique son cinquième pochoir en forme d'étoile de la journée. comme à son habitude, il laisse traîner ses doigts sur la peau douce de la nuque de sa cliente. le cœur s'accélère, les oreilles rougissent, sa fidélité lui est partisane. elle observe consciencieusement la forme nicodème dans le miroir. ses yeux dérivent sur son visage à lui, observent, admirent, s'extasient. le regard se détourne quand il croise le sien, gêné. petit rire qui sonne faux au passage de ses lèvres. la porte s'ouvre, le sort de son tourbillon de fadeur. son regard se pose sur ses courbes, s'arrête sur les anneaux de ce jean embrassant à la perfection l'arabesque de ses hanches. son esprit divague, imagine ses doigts s'y insinuer, conduisant la propriétaire jusqu'à son torse. le raclement de gorge fébrile de sa cliente l'extirpe de sa rêverie. ses orbes trouvent celles de la nymphe ayant pénétré dans son royaume. les délicats traits de son visage lui sont familiers, mais trop lointains. son regard séjourne sur ses pulpes vermeilles. est-ce que je peux vous aider? la voix est mielleuse, les mots sont doux. sa cliente est oubliée, il n'y a plus qu'elle.

(c) SIAL ; icons sial

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t552-byul-mia-innocence-insolentehttp://youngbusan.forumactif.com/t662-byul-mia-veni-vidi-amavihttp://youngbusan.forumactif.com/t713-byul-mia-immia#18125http://youngbusan.forumactif.com/t670-byul-mia#16713
⊱ Date d'inscription :
02/04/2018
⊱ Messages :
138
⊱ Pseudo :
kass, askip.
⊱ Avatar + © :
seungeon ; ©baedemyheartqueenofmynights
⊱ DC :
chae lola, la douceur (kjennie)
⊱ Âge :
vingt-et-un an --
Mer 11 Avr - 21:27


We would say anything just to hear what we want. right or wrong. then we lie to be forgiven. we would sell anything just to buy who we're not. any cost. we kill our way to heaven -

les talons qui claquent sur l’asphalte usé,
elle a les hanches qui dansent au rythme de sa démarche féline. elle s’avance une nouvelle fois vers ce salon. avec l’espoir, cette fois-ci, d’en ressortir la peau encrée. et tant pis, si elle doit attendre la nuit tombée. mia, elle attendra, mais ressortira de cet endroit, tatouée. le sourire solaire sur les pulpes carmine, elle se perd dans ce monde musical que lui offre ses écouteurs coincés dans ses oreilles. les mains dans les poches de sa veste en cuir, elle s’avance. elle évite les passants à contre-sens, et elle danse presque la gamine,
se laisse entraîner par le rythme de cette musique affectionnée. les regards déplacés épousent sa silhouette de façon éhontée, presque désagréable, mais elle balaye les préjugés d’un revers de la main, d’un sourire accompagné et d’un haussement d’épaule. parce que la douceur n’a aucun intérêt à se porter préjudice en écoutant les ragots.
derniers pas décidés, la jeune femme pose sa main sur la porte et y entre avec luminosité.
et son regard, il vole, survole l’endroit. comme dans ses souvenirs, image gravée dans sa mémoire, elle pince les lèvres, s’efforce de ne pas faire exploser l’excitation qui la contrôle. et elle s’avance, le regard qui s’attarde enfin. sur lui, palpitant qui se gonfle lorsqu’elle croise son regard s’attarder sur sa silhouette. rictus interdit au bord de ses pulpes, elle le laisse plonger dans son regard. « bonjour et elle ronronne presque la gamine, qui s’approche un peu plus. le regard qui ne quitte pas le jeune homme, qui ne se préoccupe pas des clients déjà présent. je viens ici pour me faire tatouer, j’suis venue la semaine dernière, mais. » mais elle ne finit pas sa phrase, hausse simplement les épaules. mise en attente, les mains qui se perdent dans la chevelure brune. le sourire ne quittant jamais ses pulpes.

(c) SIAL ; icons sial

avatar
chain my wrist ⤩ to a s i n k i n g ship
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t447-shin-jaebum-apoplexie-sentimentalehttp://youngbusan.forumactif.com/t530-shin-jaebum-etherealhttp://youngbusan.forumactif.com/t641-shin-jaebum-godjhttp://youngbusan.forumactif.com/t642-shin-jaebum
⊱ Date d'inscription :
20/03/2018
⊱ Messages :
755
⊱ Pseudo :
hyangsu.
⊱ Avatar + © :
hong dabin x ((pastel breathing))
⊱ DC :
((n o a))
⊱ Âge :
vingt-cinq années passées un shot de soju dans la paume et le cerveau embaumé d'un voile de nicotine.
Mer 11 Avr - 23:33


We would say anything just to hear what we want. right or wrong. then we lie to be forgiven. we would sell anything just to buy who we're not. any cost. we kill our way to heaven -

la douce mélodie de sa voix atteint ses tympans. une symphonie se créer dans ses synapses, illumine son encéphale d'une multitude de couleurs. ses obsidiennes le fixent et ses nerfs entrent en effervescence. la délicate brise s’immisçant après la nixe brune lui effleure l'épiderme, élément déclencheur d'une réaction en série. le palpitant s'excite, s'emballe, s'enivre de sa beauté. l'esprit s'évade l'espace d'un instant, là où la réalité ne viendrait pas les déranger. rêve d'un univers parallèle où cet anneau doré n'embrasserait pas les courbes de son annulaire gauche. songe d'un cosmos constellé seulement d'étoiles et d'eux deux. puis ce haussement d'épaules qui fait cascader sa chevelure sur ses clavicules. phalanges qui s'immiscent dans sa crinière carmélite et exposent son visage séraphique. et vous êtes entrée? le sourcil s'arche, observe le moindre mouvement. je pense pourtant que je me souviendrais de vous. un petit sourire satisfait fait vibrer la commissure de ses lèvres. il fait quelques pas jusqu'à son bureau, vérifie son programme de la journée qu'il sait déjà complet. à l’extrémité de son champ de vision, il aperçoit sa cliente actuelle dévisageant cette beauté déstabilisante. le regard est froid, bourré d'envie et de caprice. le rictus qui vient tirer sur les lippes crispées de la jeune femme peu sûre d'elle comme la marque de sa défaite dans un combat qu'elle menait seule. il se retourne vers les deux jeunes femmes, le regard désireux et jaloux de l'une laissant place à un sourire factice et les orbes onyx de l'autre lui transperçant le thorax. j'ai des rendez-vous consécutifs jusqu'à sept heures. mais si vous êtes prête à patienter jusque là, je vous fait passer après. ses yeux dérivent sur la bague brillant de ferveur autour de son doigt fin. sa tête se penche, ses sourcils se haussent, son ton est narquois et plein d'espoir. sinon faudra que vous reveniez... une troisième fois. ses yeux se plissent en un sourire alors qu'il avance vers sa cliente, voilée par un masque d'insipidité. d'un geste avenant il la dirige vers une petite salle reculée où seules deux chaises et son matériel se trouvent. son corps avance, s'éloigne, mais ses yeux restent fixés sur elle.

(c) SIAL ; icons sial

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t552-byul-mia-innocence-insolentehttp://youngbusan.forumactif.com/t662-byul-mia-veni-vidi-amavihttp://youngbusan.forumactif.com/t713-byul-mia-immia#18125http://youngbusan.forumactif.com/t670-byul-mia#16713
⊱ Date d'inscription :
02/04/2018
⊱ Messages :
138
⊱ Pseudo :
kass, askip.
⊱ Avatar + © :
seungeon ; ©baedemyheartqueenofmynights
⊱ DC :
chae lola, la douceur (kjennie)
⊱ Âge :
vingt-et-un an --
Jeu 12 Avr - 21:55


We would say anything just to hear what we want. right or wrong. then we lie to be forgiven. we would sell anything just to buy who we're not. any cost. we kill our way to heaven -

elle rayonne l’enfant, de sa joie, de son bonheur. son sourire sur les lèvres. présence lumineuse, comme un souffle de vie, une vague à l’âme. petit astre solaire ambulant – et elle prend de la place, trop de place. elle s’impose naturellement de son insolente innocence. mia, elle n’est pas là pour prendre la place de quelqu’un,
elle est juste là pour se faire la sienne.
puis les secondes s’envolent, s’échappent. les obsidiennes qui se perdent sur les détails ignorés, les dessins affichés, sur la lumière particulière du studio. découverte d’un nouveau monde. le palpitant qui se gonfle dans la cage tant elle s’extasie de l’endroit –
puis il y a les mots qui sont prononcés, des notes de mélodies échappées. elle ronronne l’enfant puis.
pause.
le temps s’arrête – où juste le sien. peut-être le leur.
(une mise en arrêt de sa ligne de vie.)
c’est le haussement d’épaule d’une gamine joueuse qui accompagne le sourire sensuel sur les lèvres vermeilles. qui laisse sa phrase en suspens, une mise en attente, la suite des mots au bord des pulpes. le sens caché derrière l’innocence d’une simple venue. si seulement, il se souvenait

l’enfant, elle ne voit que lui,
en cet instant, en cet endroit. elle le sent, son regard dévorant sa silhouette. tension qui prend place en son sein. les obsidiennes qui se font douces caresses sur la silhouette. et elle s’avance l’enfant, les bras qui se balancent un peu sur les côtés, avant qu’elle ne les croise dans le dos. et elle hoche la tête, petit pincement de lèvre. « oui. »
et elle baisse un peu le regard. fait l’innocente. plusieurs fois, de trop nombreuses fois, depuis trop longtemps. ses souvenirs remontent à si loin, des tentatives toujours échouées – trop jeune, toujours trop jeune. puis c’est fermé. trop de monde. et elle hausse de nouveau les épaules. « je ne marque pas assez, apparemment. » qu’elle ose lancer mia, le visage qui se relève alors qu’elle le suit du regard, s’approchant un peu plus de son bureau.
et elle le regarde mia, elle admire. contemple ses traits masculins, imagine. le palpitant qui se gonfle dans le thorax, elle ne le quitte pas des yeux lorsqu’il lui parle. mia, elle boit ses paroles. revenir une troisième fois ; et elle sourit presque amusée mia. le compte est tellement faux. étincelle éclatante dans les obsidiennes, elle se l’imagine lui susurrer quelques mots doux à l’oreille. la rêverie est interrompue, il s’éloigne, retourne à sa cliente et une légère pointe de jalousie s’immisce dans sa poitrine. elle hoche la tête, sourit poliment. « bien, j’attendrais mon tour alors. » qu’elle lance, la voix qui hausse un peu le ton.
et elle inspire, relève le visage afin de regarder l’espace. le regard qui se pose enfin sur les quelques clients déjà présent, et elle affiche un air condescendant mia, arbore une insolence pleine de dédain face aux regards méprisants. mais il n’y a aucune place et mia, elle inspire doucement, fait quelques pas, juste histoire de cacher la situation.

(c) SIAL ; icons sial

avatar
chain my wrist ⤩ to a s i n k i n g ship
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t447-shin-jaebum-apoplexie-sentimentalehttp://youngbusan.forumactif.com/t530-shin-jaebum-etherealhttp://youngbusan.forumactif.com/t641-shin-jaebum-godjhttp://youngbusan.forumactif.com/t642-shin-jaebum
⊱ Date d'inscription :
20/03/2018
⊱ Messages :
755
⊱ Pseudo :
hyangsu.
⊱ Avatar + © :
hong dabin x ((pastel breathing))
⊱ DC :
((n o a))
⊱ Âge :
vingt-cinq années passées un shot de soju dans la paume et le cerveau embaumé d'un voile de nicotine.
Dim 15 Avr - 19:54


We would say anything just to hear what we want. right or wrong. then we lie to be forgiven. we would sell anything just to buy who we're not. any cost. we kill our way to heaven -

vision divine d'une pouponne aux joues rondes et pleines d'innocence. souvenir fugitif d'une rencontre aux airs de providence. bond dans le passé au croisement de ses iris qui le ramène à une époque où il était jeune et ingénu. à une époque où il était, tout court. ce monde lointain qui lui semble être une réalité parallèle dans laquelle il n'aurait pas perdu tout espoir d'une once de vie. vague de fraîcheur qui le perturbe, l'engouffre dans un tourbillon de sentiments contraires, de désirs interdits. tiraillement au cœur qui ne s'évapore pas derrière ses paupières fermées alors qu'il s'efforce de bannir ce sentiment de familiarité inconnue. mirage nacré d'un amour révolu ondulant devant ses traits fins à elle.

et puis un dernier regard lancé dans sa direction avant qu'il ne s'engouffre dans un monde éphémère privé de lumière. un espace-temps dénué de son éclat astral. à deux pas de la porte d'entrée, le petit sofa en cuir, seul refuge de ses clients fébriles et impatients, est déjà occupé par deux amis de sa cliente actuelle. le gamin se retourne, anxieux et ardent de poser de nouveau ses orbes d'onyx sur sa splendeur céleste. je vous laisse vous installer dans ma chaise de bureau. qu'il dit sereinement le gamin. mais le palpitant s'emballe et les reins se mettent à  brûler à l'idée qu'elle se fasse une place dans son studio. comme elle pourrait si facilement le faire dans sa vie. phobie irrationnelle de prendre ses marques quelques part. la hantise d'appartenir à qui que ce soit, où que ce soit. et cet anneau doré à son doigt qui le vante et le terrorise à la fois. vous avez aussi un petit café au coin de la rue, si l'après-midi se fait un peu trop longue. le gamin réprime l'envie obscène de lui faire un clin d’œil. action qu'il a trop souvent pratiqué sur ses proies insipides, les faisant fondre sur place. mais pas avec elle. elle, était beaucoup trop précieuse et délicate pour être souillée par une action si abjecte. le gamin inspire, s'enivre de sa beauté d'aphrodite puis se retourne et sombre dans l'obscurité, sa machine à tatouer le seul phare dans la pénombre.

mondanités futiles qui sortent de sa bouche comme un torrent sauvage, indompté et indomptable et qui rassurent sa cliente paniquée. tout est en surface, rien ne perdure, rien n'en vaut la peine. c'est votre premier tatouage? -oui pourquoi une étoile? -comme ça. tatouage vide de sens qui sera vite oublié. vestige d'une expérience anodine d'une jeunesse emplie de lassitude. et ses yeux à lui qui dérivent sur son mollet et le visage nébuleux de maman qui apparaît dans son esprit embrumé. les quelques conseils d'entretien de cette encre emprisonnée qui échappent ses pulpes à la force de l'habitude, alors que toute son attention se porte sur la perle de grâce attendant son dévouement. sourires factices, gestes routiniers qui poussent les trois corps en dehors de son petit havre de paix. un soupir qui en dit long alors que la porte se ferme derrière ces inconnus déjà oubliés. les talons se plantent dans le sol, le corps se tourne et le palpitant s'emballe alors que toute son attention peut enfin se tourner vers elle. ses yeux dévient sur l'horloge qui se trouve au dessus d'elle. quinze minutes. c'est le temps dont il dispose avant son prochain rendez-vous pour s'enivrer d'elle, se perdre dans son essence limpide et ne plus jamais sortir de son ivresse luxurieuse. ses obsidiennes se perdent dans les siennes, le coin des lèvres qui s'élève vers le ciel. est-ce qu'on se connait? trois pas en sa direction, la distance qui les sépare qui diminue et la pression sur son thorax qui s'amplifie. le gamin s'adosse à son bureau, étend ses jambes devant lui et plante ses iris dans les siennes. ivresse.

(c) SIAL ; icons sial


_________________

( d i e t r y i n g )
there's things out of my control. it's hard to explain it. heavy hearts weigh us down. and the water's getting deep. do we swim, or do we sink?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t552-byul-mia-innocence-insolentehttp://youngbusan.forumactif.com/t662-byul-mia-veni-vidi-amavihttp://youngbusan.forumactif.com/t713-byul-mia-immia#18125http://youngbusan.forumactif.com/t670-byul-mia#16713
⊱ Date d'inscription :
02/04/2018
⊱ Messages :
138
⊱ Pseudo :
kass, askip.
⊱ Avatar + © :
seungeon ; ©baedemyheartqueenofmynights
⊱ DC :
chae lola, la douceur (kjennie)
⊱ Âge :
vingt-et-un an --
Mer 18 Avr - 18:37


We would say anything just to hear what we want. right or wrong. then we lie to be forgiven. we would sell anything just to buy who we're not. any cost. we kill our way to heaven -

elle reste mia, elle attend mia.
six années qu’elle attend, qu’elle se présente, passe la porte et essuie à chaque fois, des refus – alors non, elle ne fuit pas devant une après-midi dévorée par l’attente. et puis, qu’est-ce donc, une heure, deux heures ? quand on a enfin le oui qu’on attendait ?
le myocarde qui se gonfle de joie à l’idée d’être enfin tatouée, la gamine elle a le sourire solaire sur les pulpes vermeilles. les onyx parcourant l’espace, il n’y a pas de place. et elle essuie les regards dédaigneux des deux jeunes femmes assises sur le fauteuil. et mia, elle répond par son indécente beauté, sourire qui ne daigne s’enlever, elle affronte les regards avec aisance – l’habitude ancrée dans les marbrures, elle sait se montrer plus belle lorsqu’on essaye de la mettre à terre.
l’inspiration qui se heurte à la fierté – l’enfant n’est point affectée, ne plie pas face à l’arrogance. alors, elle regarde, fait voler son attention. le palpitant qui se fige à l’entente de sa voix et les coins de ses lèvres qui montent jusqu’aux ciel. prendre place sur son fauteuil et mia, elle se redresse un peu plus, éblouie de par sa beauté fracassante alors qu’elle s’avance réclamer son trône, les aiguilles de ses talons claquant sur le sol alors qu’elle prend place dans son fauteuil, soutenant le regard haineux du petit peuple. merci qu’elle ronronne mia, fierté qui déborde jusque dans ses obsidiennes. le sac à main abandonné à ses pieds, elle s’installe un peu plus confortablement. et elle se sent presque maîtresse des lieux ; insolente.
et elle tourne la tête la gamine, vers le son de cette voix qui lui retourne le ventre, qui fait accélérer la course de ce liquide carmin glissant dans ses marbrures. oh, d’accord. merci pour l’information. et c’est lorsqu’elle tourne la tête vers les deux occupantes de la salle d’attente qu’elle se doute que le traitement de faveur ne soit pas pour tout le monde – et l’enfant solaire se sent d’autant plus importante.

combler l’attente, le regard rivé sur cet écran de téléphone, les instagrams de ses amis passés au crible, les messages envoyés plus vite que son ombre, l’amour déversé à son mari alors qu’il vaque à d’autres occupations, elle s’occupe comme elle peut – essaye de ne pas trop rêver, de ne pas trop imaginer.
et à être occupé de cette façon, elle ne se rend pas compte que le temps file et ce n’est que lorsqu’elle relève la tête sur les quatre silhouettes qu’elle devine que c’est finit. et elle regarde mia, d’abord, juste dans l’innocence. puis ce sont ses coudes qu’elle pose sur le rebord du bureau, le menton dépose sur les poings formés et le regard qui s’attarde sur cette silhouette masculine – instinctivement, ses obsidiennes parcourent la cambrure. imagine la forme sous ces parcelles vestimentaires. et il descend, s’attarde sur cette chute de reins. elle se bouffe les lèvres la gamine, commence à sentir son corps se réchauffer et avant qu’elle ne s’attarde plus bas, la porte claque et la silhouette se ferme.
et mia, elle relève ses onyx, arbore un sourire mystérieux sur le visage. il s’approche, elle ne bouge pas – jusqu’à ce qu’il s’adosse au bureau, à quelques centimètres d’elle et son parfum empli son espace personnel. elle se recule, la cambrure dorsale rencontrant le dossier et l’enfant elle croise les jambes, les bras posés sur les accoudoirs. elle penche la tête. peut-être. qu’elle ronronne ta mémoire te fais défaut ? tutoiement employé, la jeune femme brise les barrières de convenance. regard envoûté, elle se laisse happée par quelques pensées mal placées. imagine cette bouche logée dans son cou, ses mains – elle inspire, cligne un peu des yeux. mia. byul mia. qu’elle lance enfin, présentant sa main.

(c) SIAL ; icons sial

avatar
chain my wrist ⤩ to a s i n k i n g ship
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t447-shin-jaebum-apoplexie-sentimentalehttp://youngbusan.forumactif.com/t530-shin-jaebum-etherealhttp://youngbusan.forumactif.com/t641-shin-jaebum-godjhttp://youngbusan.forumactif.com/t642-shin-jaebum
⊱ Date d'inscription :
20/03/2018
⊱ Messages :
755
⊱ Pseudo :
hyangsu.
⊱ Avatar + © :
hong dabin x ((pastel breathing))
⊱ DC :
((n o a))
⊱ Âge :
vingt-cinq années passées un shot de soju dans la paume et le cerveau embaumé d'un voile de nicotine.
Jeu 19 Avr - 15:46


We would say anything just to hear what we want. right or wrong. then we lie to be forgiven. we would sell anything just to buy who we're not. any cost. we kill our way to heaven -

ronronnement chaleureux qui tourmente son palpitant, le force à pomper du sang à toute allure pour que son cerveau reste irrigué. et l'encéphale qui inonde ses synapses de dopamine à la vue de cette sylphide imprégnant son monde monochrome de son éclat solaire. familiarité de la langue qui échappe ses pulpes carmines et réchauffe l'atmosphère. le coin des lèvres du gamin rendu camus qui rejoint saint pierre et les phalanges brûlantes de sa main droite qui viennent se poser sur sa nuque, l'embarras teintant ses joues d'une lueur écarlate. m i a douceur de ces sonorités sucrées qui fait vibrer ses ventricules. et la vision solaire d'une gamine passant la porte d'un studio depuis longtemps oublié, la beauté éblouissante de sa jeunesse fleurissante et l'âme trop jeune pour son monde à lui. il s'en souvient très bien, à présent. de cette rencontre comme un souffle chaud sur son myocarde, de ce regard croisé et de cette destinée qui aurait dû s'écrire le jour même. mais la gamine était trop jeune, trop somptueuse pour qu'il ose emprisonner de l'encre sous son épiderme de soie. et leur destinée solaire s'est évanouie. le récit de leur histoire astrale se dissipant à l'impact de la dure réalité. et la gamine s'étant livrée à lui sept ans plus tôt s'est destinée à un autre depuis. fantôme d'une relation hypothétique qui hantera son âme à jamais comme le point de rupture de son odyssée dans un monde de lumière. matière grise qui baigne dans un océan de et si? et si seulement l'enfant était venue au monde trois ans plus tôt, passant le pas de sa porte avec la fraîcheur de la majorité, preuve de leur rencontre aux airs de prophétie. et si seulement il avait été égoïste, s'ancrant dans son épiderme, ne la laissant pas s'échapper. et si seulement, peut-être que tout aurait été différent. peut-être qu'ils auraient rejoint la capitale avec bora, imprégnant la belle séoul de leur clarté rurale. peut-être qu'il aurait fait de gangnam son terrain de jeu, lui offrant toutes les merveilles du monde. peut-être qu'ils auraient été heureux. mais cet avenir somptueux, c'est un autre qui lui en fera offrande. et lui, le gamin, n'a plus qu'à ranger ses rêveries vieilles de sept ans et retourner se morfondre dans ses bas-fonds.

ses jambes se croisent et le sortent de ses songes infantiles, l'engouffrant dans une vague de pensées biens moins sages. ses yeux parcourent l'arabesque de ses cuisses. le gamin salive, ose imaginer ses pulpes caresser l'intérieur de sa cuisse, laissant sur la dorure de sa peau de soie de doux baisers chauds. shin jaebum. mais j'espère que tu t'en souvenais. ses phalanges se délogent de sa nuque et viennent se glisser dans la paume de la belle, son pouce dessinant machinalement des petits cercles sur le dos de sa main. ses yeux d'onyx se mettent à scintiller, constellés d'éclats étoilés lorsqu'il croise ses prunelles d'obsidienne. sa main se détache de la sienne, le soudain manque de contact frustrant son système nerveux. le gamin se rapproche d'elle, pas à pas, se laissant glisser sur le bord de son bureau vers son parfum ensorcelant. dis-moi donc ce que je peux faire pour toi aujourd'hui. on a un petit quart d'heure pour parler de ton tatouage. ses yeux dérivent sur ses courbes. son esprit se perd, espère pouvoir graver son épiderme de sa marque éternelle. peut-être que cet anneau qu'elle porte au doigt marque son appartenance spirituelle à un autre être, mais son corps, son épiderme, ces pixels de peau qu'il va embrasser de son art, seront à jamais les siens.

(c) SIAL ; icons sial


_________________

( d i e t r y i n g )
there's things out of my control. it's hard to explain it. heavy hearts weigh us down. and the water's getting deep. do we swim, or do we sink?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t552-byul-mia-innocence-insolentehttp://youngbusan.forumactif.com/t662-byul-mia-veni-vidi-amavihttp://youngbusan.forumactif.com/t713-byul-mia-immia#18125http://youngbusan.forumactif.com/t670-byul-mia#16713
⊱ Date d'inscription :
02/04/2018
⊱ Messages :
138
⊱ Pseudo :
kass, askip.
⊱ Avatar + © :
seungeon ; ©baedemyheartqueenofmynights
⊱ DC :
chae lola, la douceur (kjennie)
⊱ Âge :
vingt-et-un an --
Sam 28 Avr - 16:40


We would say anything just to hear what we want. right or wrong. then we lie to be forgiven. we would sell anything just to buy who we're not. any cost. we kill our way to heaven -

elle est somptueuse, la gamine, elle a l’insolence de se croire éternelle dans les esprits des êtres. le sourire mystérieux sur les pulpes, elle embrasse sa silhouette masculine d’un regard bien moins sage que la position adoptée – oh, elle s’imagine mia, elle s’imagine beaucoup de choses, beaucoup de sensations. l’esprit vif trop carnage, elle rêve d’aventures et de chutes douloureuses. résonnance d’un prénom aux mille couleurs, elle tend cette main vers lui. lignes marbrées qui ne cessent de pulser le liquide carmin venant de ce palpitant affolé. elle est merveilleuse l’enfant, à se jouer de ses regards sur sa silhouette. à en demander d’avantage telle la capricieuse qu’elle est – corps femme qu’elle pourrait lui donner sur un plateau d’argent s'il le voulait. comment t’oublier ? toi, qui m’as refusé. et la main se déloge de cette nuque qu’elle s’imagine embrasser pour rencontrer la sienne dans une multitude de petits frissons – chaleur abondante dans le corps au toucher de ses infimes caresses sur le dos de sa main. et elle n’ouvre qu’à moitié les lèvres mia, avant de les refermer et gonfler ses poumons d’air. elle manque de mots, elle manque. s’asphyxiant de son odeur volée. et se sentant faillir, l’impétueuse retire sa main, se recule dans son siège – et y a la farandole de sensations, roller coaster des sentiments, l’épiderme qui ne cesse de devenir douce brûlure au souvenir de sa peau contre la sienne. elle n’assume point le but détourné de son escapade en ces lieux.

le regard brasier qui se détourne de lui – à pas vouloir lui foutre le feu. elle oublie un instant la raison de sa venue ici. présence en ces lieux pour y ressortir l’épiderme gravé à l’encre de chine, elle se voit rencontrer monts et merveilles d’une tout autre façon. regard onyx qui se dépose sur lui une nouvelle fois, elle suit son avancée vers son espace – lionne aux aguets, elle soutient son regard. admire l’origine de ses pensées. et la voix résonne, comme un écho ensorcelant. lui rappelant la cause à effet –
tatouage. on peut faire beaucoup, en quinze minutes les mots dépassant la pensée, ses joues se teintent d’une jolie couleur rosées. elle souffle la gamine, décroise les jambes tandis qu’elle se penche en avant afin de récupérer son sac à main. les mains qui fouillent dans ce bordel sans nom, elle part à la recherche de ce modèle voulu. et c’est lorsqu’elle met enfin la main dessus que ses pupilles abyssales rencontrent les tracés un peu maladroits sur cette feuille blanche. je. et elle passe sa langue sur ses pulpes avant de se les bouffer nerveusement. voudrais ceci. montée de stress dans la trachée, elle tend enfin le papier vers le jeune homme. au risque, de décevoir. il n’y a point d’intérêts ni de significations derrière ce modèle. il est juste. je l’ai juste dessiné. mais si il te prend l’envie de l’améliorer, alors oui, tu peux. lâchant son sac à main à ses pieds, la gamine se lève de sa chaise, les pas résonnant sur le sol, elle s’avance vers lui. fausse ingénue qui joue la timidité, elle coince sa pulpe inférieure entre ses dents avant de se poser devant lui. quand à l’endroit. je peux te le montrer ici. susurre-t-elle, le corps qui ne cesse de bouffer des centimètres entre eux, jetant un rapide coup d’œil derrière lui, rencontrant la façade d’entrée et de sortie du salon avant de re déposer ses prunelles sur lui. et l’enfant, elle arbore un sourire solaire, l’éclat sensuel dans son regard. silhouette qui bouffe les derniers centimètres, elle ose approcher son visage du sien avant de lui glisser à l’oreille. où, je peux te montrer derrière. elle joue l’énigme, fait pulser les idées sales dans l’esprit pur – et elle ne se décolle pas, reste encore un peu. respire son parfum, se bouffe les lèvres, s’empêche de goûter cette peau délicieuse. que veux-tu faire, jae ? surnom balancé, mia elle s’amuse des six années passées.

(c) SIAL ; icons sial

Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YOUNG BUSAN :: le munshin ; 문申 -
Sauter vers: