:: venus aphrodisiac Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

tell me about all the temples you burned and rebuilt again ((kiran))

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t112-cha-heran-i-m-selling-tickets-to-my-own-heartbreakhttp://youngbusan.forumactif.com/t159-cha-heran-you-bite-his-lips-the-right-kind-of-russet-make-music-of-his-spinehttp://youngbusan.forumactif.com/t160-cha-heran-blossom_ranhttp://youngbusan.forumactif.com/t161-cha-heran#799
⊱ Date d'inscription :
28/02/2018
⊱ Messages :
151
⊱ Pseudo :
prxm
⊱ Avatar + © :
bbh - ©nightingale
⊱ DC :
ahn boyeon the sea child
⊱ Âge :
vingt-et-un ans qu'il a vu passer sans prendre goût à la vie. et encore trop d'années à supporter.
Sam 3 Mar - 5:47
kitae x heran
tell me about all the temples
you burned and rebuilt again


Le Venus Aphrodisiac. Endroit de débauche et de luxure. Endroit symbolique de plaisir. De voyeurisme aussi. On vendait du bonheur en image. On vendait du bonheur à porté de doigts. On vendait tout ce qui pouvait se vendre. Des soupirs aux caresses. Du spectacle à des séances privés. Tout se vendait au Venus. Tout. La déception n’était pas acceptée auprès des clients. Les erreurs refusées auprès des danseurs. Renouvellement et exotisme. Il fallait se dépasser. Heran était habitué. Il ne cessait de changer, tel un papillon. tel un rêve. Il ne cessait de s’adapter pour plaire à plus de clients possibles. Les collaborations étaient de mise aussi. comme ce soir là. Avec deux autres danseurs, il avait animé le club. Lumière tamisée, cocktails colorés, et sur scène, un jeu d’ombre et de sensualité. Un jeu dans lequel ils étaient passés pro. Un jeu dans lequel, pour le grand final, il apparaissait nu, sous un simple voilage, les ombres laissant les imaginations faire le travail. Pluie de billets, froissés ou neufs qu’importe, sifflements, bravos, le show était réussi. La soirée commençait bien. Le temps de passer un short court, qui tombait merveilleusement bien sur ses hanches et dévoilaient ses jambes fines, et un fin chandail transparent et il était de retour dans la salle, sur scène d’autres danseurs s’animant, tandis qu’il déambulait, un verre à la main. presque maître des lieux, prêt à choisir son prochain client. Mais il n’était pas le maître. Juste une marionnette. Et à son cou, on aurait pu s’attendre à un collier d’appartenance. Il n’avait qu’un fin lacet, mais l’idée était là.

Démarche chaloupée, son regard s’était posé sur une silhouette connue. Jeune. Trop sans doute pour finir ici, mais qui était-il pour juger. Jeune, une richesse évidente. De la tristesse dans ses yeux. Kitae. Kitae dont la photo avait été affichée avec d’autres dans le journal, la disparition d’un de leur ami dans tous les médias. Et le regard de Kitae, toujours triste. Tellement. Heran savait être une bonne épaule sur laquelle s’épancher. Étonnement si on l’appréciait pour ses danses, son écoute était quémandée aussi. Et silencieusement il était là, écoutant sans savoir conseiller. Juste gardien des secrets des autres, des âmes en peine. Gardien. Il voulait passer du temps avec le jeune homme ce soir. Son regard était trop mélancolique pour le laisser seul. S’installant presque silencieusement à ses côtés, ce fut dans des gestes sûrs qu’il lui remplit de nouveau son verre, ses mains graciles lui tendant celui-ci, un mince sourire aux lèvres. « Veux-tu que je danse pour toi ce soir ? » La demande était honnête, Heran lui donnait le droit de refuser. Ce n’était pas comme s’il pouvait s’imposer de toute façon. Il n’avait aucun droit. Poupée gracile, il était sous les ordres des autres, simplement. « Je … Je n’ai plus de danse de prévue … Donc si tu veux qu’on soit en privé … » Il avait continué de manière plus hésitante. Comme un animal sur la défensive. Toujours. Il avait toujours eu ça en lui, cette tendance à être prêt à s’enfuir, à se rétracter si besoin. Mais pour autant, là il ne faisait que proposer. Si Kitae refusait, il n’y aurait pas de quoi s’indigner. Rien de grave de se faire refuser un peu d’attention. Le choix lui revenait. Pas à lui. Tout simplement.


AVENGEDINCHAINS

_________________


emotional atrophy
rose taupe. ▬ the color of clenched fists, unclenched, clenched again without ever daring to strike ; the color of the light you carried around on your shoulders like a sacrifice ; the color of the tears you haven’t shed that sting behind your eyes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t85-moon-kitae-nous-avons-des-nuits-plus-belles-que-vos-jourshttp://youngbusan.forumactif.com/t89-moon-kitae-prolonger-la-nuit#197http://youngbusan.forumactif.com/t83-kitkataehttp://youngbusan.forumactif.com/t84-moon-kitae
⊱ Date d'inscription :
11/02/2018
⊱ Messages :
619
⊱ Pseudo :
lipscordia, camille.
⊱ Avatar + © :
yook sungjae, ©neonastral. signature par ©astra.
⊱ Âge :
dix huit ans.
Lun 5 Mar - 23:03
kitae x heran
tell me about all the temples
you burned and rebuilt again


Chaque soir, Kitae cherche un moyen de se vider l’esprit, un échappatoire, quelque chose qui fera taire ses mauvaises pensées. Son chez lui est trop calme, ses amis ne sont joignables qu’une fois sur deux, et ça fait longtemps que l’alcool n’a plus un effet positif sur lui. Alors certains soirs, quand les symphonies et les cigarettes ne suffisent plus à l’occuper, et se rend là où il ne l’avouera jamais.
Le venus aphrodisiac.
Il n’a rien à faire là. Il pourrait s’acheter la ruelle rien qu’avec la montre qu’il porte à son poignet. Pourtant, il ne s’est jamais senti plus en sécurité qu’ici. Certainement qu’on lui proposerait des endroits plus luxueux, ce n’est pas ça qui manque à Busan, mais Kitae préfère l'anonymat du lieu. Il sait qu’ici il ne croisera personne qu’il connaît, et que peu de gens se risqueraient à le prendre en photo pour le vendre à la press puisque personne ne sait son nom. Mais son compte en banque suffit. Il ne sera majeur que le mois prochain, et un billet lui permet au videur de fermer les yeux.
Le son de la musique l’aide déjà à se détendre. Ses premières fois ont été dûres, maladroites, mais désormais il connaît le chemin, le fonctionnement, ses jambes ne tremblent plus, et sa voix est plus assurée quand il commande un cocktail. Une danse se fait sur scène. Les lumières l’aveuglent presque, les néons contrastent trop avec l’obscurité de la nuit, mais il reconnaît vite les danseurs. Deux visages lui sont familiers, et ses pensées murmures le prénom du troisième, Heran.
Désormais assis sur un canapé au confort correcte, il admire le spectacle tout en sirotant son cocktail. Langue sucrée, regard brillant, peau colorée, le pied qui bat en rythme.. C’est pour ça qu’il vient ici. Le spectacle lui fait oublier tout le reste pour quelques heures, c’est comme être dans une bulle, dans un monde si différent du sien qu’il en oublie où est la réalité. Ce soir, la réalité c’est le venus aphrodisiac, et le corps de Heran.
Il observe chacun de ses mouvements. Ses heures en tant que spectateur de ballet lui ont permis d’apprendre à apprécier la beauté de corps pour ce qu’il y a de plus pur, sans arrières pensées. Ils observent ses tendons, la tension de ses muscles, il devine l’effort, la sueur, tout en notant la grâce des gestes et la délicatesse des mouvements.
La musique s’éteint, les lumières changent et le spectacle est fini. Des billets volent mais Kitae refuse de s’abaisser à ça.
Il repère Heran de loin, et par réflexe, il finit son verre en une gorgée. Il se sent toujours comme un gamin quand l’homme est dans les parages, et Kitae déteste ça, ce sentiment de faiblesse, surtout quand il est provoqué par quelqu’un d’autre. Machinalement, ses doigts frottent l’arrête de son nez et il ferme les yeux quelques secondes. Heureusement pour lui, il a suffisamment repris ses esprit quand il sent la présence d’Heran à côté de lui. Son verre s’est rempli : « Merci. » Remerciement à peine audible, murmuré puis masqué par le bruit de la salle. Le jeune Moon est obligé de se racler la gorge et d’apprécier une nouvelle gorgée pour se donner un peu de contenance. « Tu en veux ? » Cette fois sa phrase est bien audible, prononcée avec un mouvement de verre. Simple proposition sans aucune recherche spécifique. Kitae est face à lui, légèrement tourné sur le canapé en sa direction, suffisamment proche pour remarquer le brillant de sa peau, pour entendre son souffle saccadé après l’effort.
Il lui propose une danse privée et Kitae ne sait jamais trop quoi dire. Le gamin joue les habitués alors que la moindre phrase le déstabilise. Trop peureux à l’idée de tomber dans des travers malsains, trop mal à l’aise avec sa propre sexualité pour assumer quoi que ce soit, et le regard toujours déviant quand il valide ses envies. « Tu as déjà dansé pour moi.. » Il lui sourit, peut-être un peu trop tendrement pour ce genre de situation. De sa poche il sort un billet qui vient glisser timidement dans le short de Heran, au niveau de sa hanche. « Et j’ai apprécié le spectacle. » Le compliment est sincère. Kitae sait que le danseur connaît son affection pour la danse, qu’importe le genre. Mais le jeune homme insiste, un peu hésitant, et Kitae réfléchit en fixant un point mort. Deux fractions de seconde où le vide le rejoint et où la magie du venus aphrodisiac ne fait plus effet. Finalement, il ferme les yeux, gestes rapides, presque imperceptible, une façon de se rassurer, ça va bien se passer, il ne lui aurait pas proposer s’il ne le voulait pas. « Bien, si tu n’as rien de mieux que moi, je crois que je pourrais en avoir envie. » Sourire malicieux, Kitae ressemble probablement au gamin qu’il est réellement sous ses airs d’adulte au coeur dur. Il finit son verre dans une nouvelle gorgée et se lève. Sa main attrape celle d’Heran, il a l’esprit légèrement embrumé par les effets de l’alcool et de s’être levé trop vite. Ca le fait rire, et il espère secrètement que ça mettra le danseur un peu plus à l’aise. Kitae connaît le chemin pour y être venu plusieurs fois, mais ses doigts enlacent ceux de son compagnon d’un soir et il se laisse emporter dans la bonne direction.
Il a l’impression que les pièces privées se ressemblent toutes ; même ambiance, mêmes odeurs sucrées, mêmes néons lumineux.. endroit édulcoré qui fait monter le rythme des battements de son coeur. Il déboutonne les deux premiers boutons de sa chemise pour mieux respirer et puis sa veste qu’il laisse tomber sur un nouveau canapé. « Tu n’es pas obligé de danser si tu n’en as pas envie. » Maintenant qu’ils sont à l’abris des regards, Kitae a envie de lui dire que même s’il ne comprend pas, il imagine que ce travail n’a rien de plaisant. Il y a toujours mieux que de rester enfermé dans une pièce avec un môme presque saoule. Il ne veut pas le forcer, ni qu’il passe une mauvaise soirée. Attention sincère sans avoir vraiment d’explication, il faut croire que le jeune Moon s’est pris d’affection pour le danseur. « Je payerai quoi que tu décides. » Le billet glissé tout à l’heure couvrira largement sa soirée et peut-être les prochaines, mais Kitae ne compte pas à la dépense. Ce sera sa bonne action du jour même si sa proposition est sincère et sans arrière pensé. Il ne veut pas le pénaliser, mais il ne veut pas le faire souffrir non plus. Il ne pense pas une seconde que ses mots puissent être interprétés comme de la charité ou de la pitié.
C’est peut-être ça son problème. Ne pas comprendre que d’autres peuvent deviner des sous-entendus derrière ses vérités.
AVENGEDINCHAINS


_________________
what hope did I Ever have ? We were Born in the same star.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t112-cha-heran-i-m-selling-tickets-to-my-own-heartbreakhttp://youngbusan.forumactif.com/t159-cha-heran-you-bite-his-lips-the-right-kind-of-russet-make-music-of-his-spinehttp://youngbusan.forumactif.com/t160-cha-heran-blossom_ranhttp://youngbusan.forumactif.com/t161-cha-heran#799
⊱ Date d'inscription :
28/02/2018
⊱ Messages :
151
⊱ Pseudo :
prxm
⊱ Avatar + © :
bbh - ©nightingale
⊱ DC :
ahn boyeon the sea child
⊱ Âge :
vingt-et-un ans qu'il a vu passer sans prendre goût à la vie. et encore trop d'années à supporter.
Ven 9 Mar - 6:22
kitae x heran
tell me about all the temples
you burned and rebuilt again


Le Venus Aphrodisiac. Le nom coulait sur les lèvres des gens comme du miel. Du nectar. Le Venus Aphrodisiac, le nom ne cachait rien à la débauche qui se tenait entre ses murs. Drogué de beauté, ivresse d’esthétisme lubrique et décadent. Dès que la lune se montrait les néons s’allumaient comme un phare en plein brouillard et les âmes perdus venaient s’échouer entre les bras des habitants de le l’endroit. L’enseigne ne cachait rien non plus, couleurs chatoyantes, attirantes, les courbes d’un corps dénudé. Non quiconque venait, savait où il venait se perdre. On ne venait pas par hasard ici, par curiosité sans doute. Mais le hasard n’avait pas sa place au Venus. Rythmique mesurée, si on se décidait à venir, revenir, c’était toujours pour quelque chose, quelqu’un. Pour ce qu’on offrait. D’une danse sur la grande scène à un show plus privé dans un des salons. Heran ce soir se produisait sur la scène du Venus. Accompagné de deux autres danseurs, ses comparses de mauvaise vie, il dansait. il se mouvait dans les ombres, les lumières dessinant sur son corps des arabesques comme des caresses. Il dansait, ondulant au son de la musique les basses rythmant ses hanches tandis que les vêtements tombaient, tandis que la blancheur de sa peau se révélait pour mieux disparaître dans la noirceur de la scène. jeux de lumières, il jouait sur scène, félin. jeux de lumières il palliait son manque de technique en danse par la grâce de ses mouvements.

Heran n’était pas bon danseur. Pas dans le bon sens. Il dansait comme il le voulait. Sans règle. Il dansait sans limite. Dès qu’il était sur scène, celle-ci devenait son royaume. Et il dansait. De la passion dans les yeux, de l’avidité dans les gestes. Ses mains tendues vers les autres, vers le monde. Avide. Avide de ce qu’on lui avait toujours refusé. Mais timide aussi, le tout tinté d’une innocence qu’on lui oubliait souvent. Délicat dans ses ondulations, féroce dans ses sentiments. Et les vêtements qui tombaient. Mis à nu. il s’exposait. Pas seulement le corps tandis qu’il se laissait tomber dans les bras d’un de ses compagnons. Pas seulement le corps tandis qu’il s’échappait de l’étreinte de l’autre, un rictus aguicheur. Le cœur mis à nu aussi. Du désespoir dans ses gestes. Acceptez-moi. Le cri de son regard tandis qu’il ouvrait les jambes langoureusement. Comprenez-moi. La supplique de ses lèvres tandis qu’il glissait sa main le long du dos d’un de ses compagnons, sa bouche contre son épaule. Mis à nu. Le dernier vêtement qui tombe, sa nudité caché dans un voilage, une position aguichante entre ses comparses. En sueur. Sous une pluie de billets. La satisfaction dans ses veines. Mais comme un mélange d’amertume.

Et pourtant. Une chemise qui ne cachait rien du cachemire de sa peau, un short pour mettre en valeur sa descente vertigineuse, travaillée, un lacet autour du cou, et il errait dans le club, un verre en main, un sourire aux lèvres. Jusqu’à Kitae. Il ne l’avait pas vu arriver. Pourtant pendant qu’il dansait, Heran l’avait vu. Son regard dansant de client en client, il s’était arrêté un instant sur le plus jeune. Il ne pensait pas qu’il serait resté. Il ne pensait pas qu’il viendrait de nouveau se perdre dans les effluves de parfum et d’alcool. Mais il était là. La tristesse dans ses yeux. Celle qui faisait vibrer le cœur d’Heran. Vibration dissonante comme un cri d’agonie. Il avait voulu le rejoindre et dans des gestes habitués, travaillés, lui avait rempli son verre, s’annonçant en douceur, son corps délicatement pressé contre celui de Kitae. « Merci. » Sourire. La présence sensuelle s’était faite plus douce. Il savait quand s’imposer Heran, il savait quand il devait se montrer plus passif, plus tendre. « Tu en veux ? » Hochement de tête, dans une grâce qu’il avait toujours eu, il s’était penché, la cambrure de son dos se dévoilant à travers le tissu cristallin de sa chemise pour boire à même le verre toujours dans les mains du jeune homme. Et délicatement, ses yeux l’observant sous sa frange, il lui avait proposé de danser pour lui. Juste pour lui. « Tu as déjà dansé pour moi.. » Hochement de tête négatif. Ce n’était pas de ça dont il parlait. Il voulait lui enlever cette tristesse dans ses yeux, les larmes qu’il ne voulaient pas voir apparaître. Il voulait lui changer les idées. « Et j’ai apprécié le spectacle. » Le compliment sincère le touchait. Lui laissant le rouge aux joues et un sourire fragile tandis qu’il recommençait sa demande, sa proposition, un peu hésitant, prêt à balayer ses propres mots s’il lui refusait.

« Bien, si tu n’as rien de mieux que moi, je crois que je pourrais en avoir envie.
- Mieux que toi ? Tu fais parti des meilleurs. »
Cajolerie mielleuse, la réponse était pourtant tintée d’une sincérité douce. Kitae était parmi ses meilleurs clients. Respectueux. Aimable. Dans ses limites. Poli. Chaleureux. Attachant. La liste était longue. Il aurait pu la continuer encore longtemps, son regard se faisant doux, aimant, si le rire de Kitae ne l’avait pas fait sourire. Sa main dans la sienne, il se collait à lui, le laissant les guider jusqu’à l’un des salons. Laissant le jeune homme se mettre à l’aise, il reprenait de son côté ses droits. Enchainé volontairement à l’endroit, il s’y sentait maître, comme un chat dans une maison. Attrapant la télécommande, musique d’ambiance bien plus supportable que celle du club, il s’était retourné au « tu n’es pas obligé de danser si tu n’en as pas envie. » du plus jeune. Il avait des répliques entre ses lèvres, des négations, des questions. Mais rien qui ne passa celles-ci quand Kitae reprit. « Je payerai quoi que tu décides. » Animal outragé, un air blessé, il s’était figé. Tendu. Presque indigné. Presque. Parce qu’il savait maitriser son visage, ses émotions. Il avait appris à se taire à son travail. Il avait appris à calmer cette rancœur, cette rage au fond de lui.
« Je pensais que tu aimais me voir danser. » L’amertume est là entre ses lèvres. Remarque douloureuse il ne comprenait pas pourquoi Kitae ne voulait pas le voir danser. Pourquoi il voulait gaspiller des billets juste pour sa présence. Comme un arrière goût de pitié. Celle qui lui nouait le ventre en se demandant si vraiment il ne valait pas plus. « Je n’ai pas besoin de ton argent Kitae … Je sais que … tu aimes la danse … Je voulais juste … te faire plaisir. » Illuminer ton regard. Y remettre un peu des étoiles que tu as laissé derrière toi. « Mais j’comprends, pas de soucis Ki’ … J’peux aller chercher une bouteille s’tu veux. » Désarçonné, désemparé aussi. Ses mots s’emmêlaient tandis qu’il regardait au sol devant lui, sans vraiment concevoir pourquoi il se sentait aussi blessé.

AVENGEDINCHAINS

_________________


emotional atrophy
rose taupe. ▬ the color of clenched fists, unclenched, clenched again without ever daring to strike ; the color of the light you carried around on your shoulders like a sacrifice ; the color of the tears you haven’t shed that sting behind your eyes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t85-moon-kitae-nous-avons-des-nuits-plus-belles-que-vos-jourshttp://youngbusan.forumactif.com/t89-moon-kitae-prolonger-la-nuit#197http://youngbusan.forumactif.com/t83-kitkataehttp://youngbusan.forumactif.com/t84-moon-kitae
⊱ Date d'inscription :
11/02/2018
⊱ Messages :
619
⊱ Pseudo :
lipscordia, camille.
⊱ Avatar + © :
yook sungjae, ©neonastral. signature par ©astra.
⊱ Âge :
dix huit ans.
Mar 3 Avr - 10:49
kitae x heran
tell me about all the temples
you burned and rebuilt again


La réaction du danseur laisse Kitae perplexe, et il lui faut tout de même quelques secondes avant de réagir. Ils ne sont définitivement pas sur la même longueur d’onde et il ne sait pas comment se comporter. Trop habituer à agir et parler selon la volonté de ses interlocuteurs, être dans la flou ainsi le déstabilise légèrement. Mais il se souvient rapidement qu’il est en position de force ici, qu’importe ses jambes qui tremblent et sa boule dans l’estomac. Il est client et Heran l’a demandé. De quoi a-t-il peur ? « J’aime ça, c’est pour ça que je viens. » Et c’est sincère. Pour qui d’autre venir ? Il y en a des tas d’autres des endroits comme celui-ci, il les connaît presque tous, mais le venus aphrodisiac est son préféré, et il ne le serait pas sans le danseur. D’ailleurs, la seule fois où il est venu et qu’Heran était absent, il est reparti, conscient qu’il ne trouverait pas ce pourquoi il est venu. L’ambiance ici est différente quand il n’est pas là.
Mais ses mots n’ont pas l’air d’apaiser quoi que ce soit, et ont plutôt l’air d’avoir l’effet inverse. Kitae s’y prend mal, très mal, et il décide enfin de faire quelque chose. Il ne lui faut que trois pas pour rompre la distance qui les sépare. Instinctivement, ses mains se posent sur les joues du danseur, et ses pouces caressent doucement sa peau. « Hey, hey, c’est bon, ça va, c’est tout c’est tout ce que je demande. » Toi, c’est tout ce que je demande. Kitae est légèrement plus grand, et sans vraiment réfléchir, il dépose un baiser sur le front d’Heran. Il n’est pas certain d’avoir le droit de faire ça, au fait, il n’est même pas certain d’avoir le droit de faire tout ce qu’il est en train de faire, mais il n’y a personne pour les voir alors.. « Ca me fait toujours plaisir de te voir danser. » Il prend une légère distance pour pouvoir voir son visage en entier, sans que ses mains ne quittent ses joues. Il tente un sourire sincère, espérant que cela puisse calmer la légère panique qui l’a envahi. Kitae ne connaît que trop bien ce sentiment, et il refuse d’en être la cause. « Mais je veux bien une bouteille. » Il sourit encore une fois en se détachant. Il se redirige vers le canapé sur lequel il balance son téléphone et puis sa cravate qu’il défait en quelques mouvements. « Choisi ce que tu préfères, et prends deux verres, je crois que tu en as besoin. » Sourire sincère encore une fois. Et Kitae se rend compte qu’il pourrait faire beaucoup de chose pour Heran, le sortir d’ici en fait partir. Mais il refoule cette pensée, ce sentiment même, il ne connait même pas le danseur, du moins, pas suffisamment pour avoir une certaine légitimité avec ce genre de réflexion. Il l’apprécie, plus qu’il ne le devrait, mais Kitae a conscience de n’être qu’un client parmi tant d’autre.
AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 

_________________
what hope did I Ever have ? We were Born in the same star.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://youngbusan.forumactif.com/t112-cha-heran-i-m-selling-tickets-to-my-own-heartbreakhttp://youngbusan.forumactif.com/t159-cha-heran-you-bite-his-lips-the-right-kind-of-russet-make-music-of-his-spinehttp://youngbusan.forumactif.com/t160-cha-heran-blossom_ranhttp://youngbusan.forumactif.com/t161-cha-heran#799
⊱ Date d'inscription :
28/02/2018
⊱ Messages :
151
⊱ Pseudo :
prxm
⊱ Avatar + © :
bbh - ©nightingale
⊱ DC :
ahn boyeon the sea child
⊱ Âge :
vingt-et-un ans qu'il a vu passer sans prendre goût à la vie. et encore trop d'années à supporter.
Sam 14 Avr - 21:42
kitae x heran
tell me about all the temples
you burned and rebuilt again


Heran était ce qu’il était. Sans pour autant être fier de s’effeuiller contre quelques billets, il n’en avait pas honte pour autant. Ça lui permettait de joindre les deux bouts, ses extras dans les rues lui permettant de vivre décemment, de vivre plus que de survivre. Il n’en avait pas honte Heran. Jamais. Et pourtant il s’était indigné. Comme un animal blessé, le regard baissé. Il s’était indigné la rage ne passant ses lèvres, domptée par l’habitude. Domptée parce qu’il était, ce qu’il représentait ici. Il n’était pas en position de force, il risquait gros. Trop. Alors il n’avait laissé qu’une remarque. Amertume dans ses mots, il avouait penser qu’il aimait le voir danser. Presque déçu d’y avoir cru. Presque trop triste aussi.  « J’aime ça, c’est pour ça que je viens. » Et il balayait les mots du plus jeune, annonçant qu’il ne voulait pas d’argent. Pas de sa pitié aussi comme un sous-entendu. Et il n’avait pas relevé ses yeux Heran. Déjà prêt à s’échapper de la situation, à s’envoler, la proposition d’une bouteille à partager affirmant comprendre. Un joli mensonge tandis qu’il s’éloignait déjà. Mais Kitae s’était montré plus rapide, apparaissant devant lui, ses mains contre ses joues, ses doigts caressant ses joues dans un mouvement apaisant. « Hey, hey, c’est bon, ça va, c’est tout c’est tout ce que je demande. » Air perdu, de l’espoir de s’être trompé, et beaucoup d’hésitation. Un baiser contre son front, le rouge sur les joues du danseur. Etonné de ce geste. Trop soudain pour qu’il en comprenne le sens. Trop déplacé dans ce monde ici. Au Venus, les baisers échangés étaient symboles de contrat. Symboliques triste c’est quand il se vendait. Plus que ses danses. Son être.

Mais ce n’était pas le cas avec Kitae. Non. Douceur dans ses traits, ses mains toujours contre ses joues, un sourire sincère aux lèvres. Il n’y avait rien de blasphématoire dans son attitude. Rien de condamnable. Assez pour qu’il relève les yeux Heran. Assez pour qu’il se permette un sourire. « Ça me fait toujours plaisir de te voir danser. » Ça le rassurait. La panique presque disparue de ses traits, le côté animal blessé également. « Mais je veux bien une bouteille. Choisi ce que tu préfères, et prends deux verres, je crois que tu en as besoin. » Son regard l’avait suivi. Figé au milieu du salon privé. Jusqu’à ce qu’il s’incline Heran. Les mains sur ses genoux, il était à la limite de finir au sol, des excuses dans ses mots. « Je suis désolé … Juste Ki’ … Tu es l’un des rares qui ne me considère pas comme un morceau de viande. » Aveu léger. « Comme un être humain … J’sais que je suis pitoyable … » Comment le nier ? Sourire amer, il avait bien conscience de sa condition. Sourire amer tandis qu’il lui tournait le dos pour aller choisir une bouteille dans le mini bar. « Alors que tu me proposes ton argent … » C’était douloureux. Haussement d’épaules, il gardait la fin de sa pensée pour lui, revenant avec une bouteille de whisky, les verres qui allaient avec. « J’ai des boissons plus nobles si besoin … Champagne … Vin ? » La question était restée en suspens, tandis qu’il s’agenouillait au sol au niveau de la table basse pour leur servir de quoi boire. Un des verres glissé devant Kitae, et Heran restait dans sa position, son verre entre ses mains, le liquide ambré tournoyant sous la lumière. Et un silence. Par forcément le plus confortable. Pas forcément le plus désagréable. Mais il y avait quelque chose de rompu. Et Heran ne savait plus comment rallumer les étoiles dans le regard de son client. Ne savait plus comment apaiser son cœur. Ni comment y accéder. « Je sais pas quoi faire Kitae … À part danser, donner mes services, je sais pas quoi faire … » L’aveu bien plus délicat que le premier, et son regard caché par ces cils trop longs qui se rivait sur le tapis. « Qu’est-ce que tu attends de moi aujourd’hui ? »


AVENGEDINCHAINS

_________________


emotional atrophy
rose taupe. ▬ the color of clenched fists, unclenched, clenched again without ever daring to strike ; the color of the light you carried around on your shoulders like a sacrifice ; the color of the tears you haven’t shed that sting behind your eyes
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YOUNG BUSAN :: venus aphrodisiac -
Sauter vers: